Notre salon Arletty: dès le début des années 1930, Arletty est devenue une figure érotique, ce dont témoigne ce portrait de Moïse Kisling, datant de 1933. Crédits : © Moïse Kisling / ADAGP, Paris 2012 / Photo © Studio Monique Bernaz, Genève.

jeudi 13 octobre 2016

Le défi


 « Qu’il est glorieux, mais qu’il est pénible d’être en ce monde un merle exceptionnel ! Je ne suis point un oiseau fabuleux, et M. de Buffon m’a décrit. Mais, hélas ! Je suis extrêmement rare et très difficile à trouver. Plût au ciel que je fusse tout à fait impossible ! »
Alfred de Musset.

Je m’en retourne vers vous
Essayant de faire le chemin contraire

Mais
Impossible
Un cadenas de peurs nous lie
Tenant prisonnier
Ce qui reste d’humanité en nous

Dans ton corps
Migrant
C’est le nôtre qui marche
À reculons
Soulevant la poussière
De nos débris

De quelles eaux,
De quels pains
Manquez-vous ?

Goût noir d’un baiser sur tes lèvres meurtries

              Décadence
Et pour demain
L’annonce d’un châtiment
 Qui Submergerait l’Europe

(Sauf peut-être pour l’Allemagne
Pardonnée)

Des milliers de torses meurtris
Des poitrines,
Marchent en avant
Couronnées de leur unité
De leurs identités

Ô dernier souffle amoureux
Dis-moi des mots
Etrangers

Affligée
Et moi mélancolique,
Ce matin,
La nuit se Clôt
Irrémédiablement
Devant et derrière nous
Encerclés
Par des murs
Honteux.

Demeure vivant
Puisque nous mourrons.

Un chant se fractionne
Sur tes lèvres
Et j’en vacille d’émoi

Je voudrais mes yeux
Posés sur tes mains

Avant ce mois de
Novembre.

Demain,
Il sera trop tard

Les jours seront extravagants
Et leurs nuits
Cinglantes et pleines de rages
Pour cause d’abandon

Enfin le silence

Chaque guerre se fait
Contre un merle
Blanc.

Dégénérés faquins
Nous en jouons.

Ici la paresse de l’âme
Engendre l’humiliation.

5 commentaires:

  1. à vos mots
    il manque la voix
    essayez

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, je vais m'y essayer. Bonne journée à vous

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  4. Pardon, puis non, ce serait trop me faire plaisir.
    Lisez plutôt encore une fois. L'heure est grave, très grave
    Trop grave pour orner le présent.
    (Croyez moi, les mots étaient enregistrés pour vous faire plaisir). Mais la séduction est parfois flagornerie.

    RépondreSupprimer